Bazar #1: Du radium, des vacances en Italie et une bonne nouvelle

Dans ce premier Bazar, j’ai envie de vous parler du film Call me by your name pour lequel j’ai eu un vrai coup de cœur, de la bande dessinée Radium Girls qui m’as fait découvrir une histoire vraie que je ne connaissait pas et d’une bonne nouvelle concernant le projet Corps que j’ai débuté en septembre 2019.


Ces dernières semaines donc j’ai enfin eu l’occasion de découvrir le film Call me by your name de Luca Guadagnino avec Armie Hammer et Timothée Chalamet.


L’histoire se passe en 1983, dans un petit village Italien. C’est là qu’Elio, 17 ans, passe ses vacances d’été avec ses parents, qu’il lit, écrit des pièces de musique et vis ses amourettes adolescentes. Le père d’Elio est archéologue et vas faire venir Oliver, un étudiant américain pour l’aider dans ses recherches. Très rapidement, une relation forte vas se créer entre Elio et Oliver.


J’ai adoré ce film tout d’abord pour son ambiance très douce, on entre dans le film comme dans une petite bulle. Les images sont magnifiques, on ressent la chaleur de l’été, l’ambiance des petits villages Italiens à cette période... silencieux la journée et dansante le soir.


Les personnages sont merveilleux, Elio un adolescent cultivé (il parle trois langues, lit et écrit de la musique) et du coup, il paraît à certains moments du film plus âgé que ce qu’il est. Il reste cependant un adolescent, avec ces sentiments d’injustice, de rage que l’ont peux ressentir à cet âge là. Il est interprété par Timothée Chalamet, que j’avais découvert dans Little Women. Sa performance dans ce film est impressionnante.


Elio est tout au long du film assez nonchalant et plutôt sûr de lui, il n’as jamais vraiment peur des sentiments qu’il à pour Oliver, mais plutôt une sorte de curiosité, il à bien sur des questionnements qu’il intériorise... C'est ce traitement de curiosité face à ces sentiments qu'il ressent que j'ai aimé et trouvé hyper positif, (j'ai rarement vu ce traitement au cinéma).



On découvre le personnage d’Oliver au travers du regard d’Elio et on ressent très bien cette espèce de décalage que l'on peux parfois ressentir face à une personne de 24 ans lorsqu’on en à 17. L’interprétation de Armie Hammer est très juste et forte, je connaissait cet acteur depuis The Social Network, et ne l’avais revu que dans The Man from U.N.C.L.E en 2015, Call me by your name m’as donné envie de m’intéresser d’un peu plus près à son parcours.


Plus en retrait mais extrêmement fort, le personnage du père d’Elio est une figure très touchante. Un point de bascule s’opère à la fin du film et on perçoit ce personnage d’une tout autre manière. Mais bon, pas de spoilers par ici!


Encore un point sur la musique de ce film qui est merveilleuse, d’ailleurs c’est en découvrant les deux titres de Sufjan Stevens qui figurent sur la BO que j’ai eu envie le voir. J’ai vraiment adoré ce film pour son intelligence, sa bienveillance et sa douceur.



Je passe maintenant à la bande dessinée Radium Girls de Cy. Cy, c’est une autrice et illustratrice que j’ai découvert en 2013 grâce au site madmoizelle.com pour lequel elle écrivait et illustrait des articles. Par la suite j’ai pu lire ses premières BD, Le vrai sexe de la vraie vie que j’avais adoré et le mois dernier, Cy à sorti sa nouvelle pépite, Radium Girls.


La BD raconte l’histoire de 6 femmes qui travaillent comme ouvrières pour l’United Slate Radium Corporation en 1918 dans le New Jersey. Leur travail consiste à peindre les cadrans de montres avec de la peinture Undark (phosphorescente et extrêmement coûteuse).


Ces femmes forment un groupe d’amies que l’on nomme les Ghost Girls (vous comprendrez pourquoi en lisant la BD), elles sortent ensemble, discutent vivement de l’actualité à cette époque. Elles ignorent cependant la dangerosité de la peinture Undark avec laquelle elles ont un contact quotidiennement. Alors que certaines ouvrières commencent à souffrir de maladies diverses, certaines d’entre elles se battent pour comprendre.


Radium Girls raconte donc l’histoire de femmes sacrifiées au profit du progrès technique et de l’industrie, elle raconte une tranche de l’histoire de l’Amérique au travers des yeux de ces héroïnes oubliées.


Si vous connaissez déjà le travail de Cy, vous savez qu’elle se bat pour des causes féministes et c’est ce point de vue féministe qui m’as passionné dans ce livre. Derrière la trame de base (l’histoire des ourvières et du radium), on voit ces femmes être confrontées à des lois sexistes de l’époque, notamment un passage sur le port du maillot de bain, on les voit se réjouir ou non sur le futur droit de vote pour les femmes, on entends les opinions des femmes dans ces années là, dans une société patriarcale et conservatrice.


Et puis, il y à les dessins de Cy, tout au crayon de couleur, dans une palette de quelques couleurs douces. Le dessin tout en douceur contrebalance bien avec le récit qui fait froid dans le dos.


Un bel album à lire pour en apprendre un peu plus sur l’histoire et pour rendre hommage à ces femmes injustement oubliées!




Pour finir, je voulais vous parler d’un projet que j’ai débuté il y à maintenant une année, le projet Corps. C’est une collection de témoignages illustrés de personnes diverses questionnées sur leur rapport au corps. Ce projet à pour but de briser des complexes, des tabous et de montrer la diversité des regards portés à cette chose si particulière qu’est notre propre corps. Les témoignages (anonymes ou non) sont ensuite publiés sur le compte Instagram du projet.


Au départ, les personnes qui voulaient raconter leur parcours et leur rapport au corps étaient donc invités à télécharger un document Word sur mon site internet et à répondre à quelques questions via ce formulaire et à me l’envoyer par mail. Le processus était donc assez compliqué, surtout actuellement ou tout doit être hyper intuitif et rapide.


J’ai donc créé un site internet dédié au projet depuis lequel toute personne pourra témoigner via un formulaire en ligne. C’est tout simple et c’est rapide. Les questions sont toujours là, elle servent à orienter dans le témoignage mais les intéressé-e-s sont libre de choisir de développer un aspect unique de leur rapport au corps.


Je vous invite donc à visiter ce site www.projet-corps.com, à témoigner, à partager et à soutenir ce projet qui me tiens à cœur!



©www.vulpovulpo.com